64

St-Sébastien, capitale du bien-manger

St-Sébastien, capitale du bien-manger

Saint-Sébastien dispose de plus d’arguments pour être ce qui se fait de mieux dans le monde en matière de voyage culinaire, d’après une vaste enquête menée par le service traiteur britannique Caterwings. Malgré son offre pléthorique de restaurants, la France n’est pas la meilleure destination pour manger.

Les restaurants gastronomiques et leurs étoiles Michelin ne sont pas les seuls atouts d’une destination pour que celle-ci soit un voyage culinaire. Cette étude prend en compte une série de facteurs pour juger du panorama gourmand de milliers de villes dans le monde pour finalement constituer une liste de cent.

Caterwings a évalué le nombre de tables rapporté au nombre d’habitants, le pourcentage de fast foods, l’existence de restaurants proposant des plats végétariens ou véganes. L’enquête s’est également interrogée sur le nombre d’heures de travail que devait effectuer un client pour s’offrir un dîner à deux au restaurant. Aussi, 20.000 journalistes spécialisés dans l’univers de la gastronomie ont évalué la qualité de la scène gastronomique de leur ville.

En agglomérant tous ces éléments, Saint-Sébastien coiffe tout le monde au poteau, avec la note parfaite de dix sur dix pour la qualité de son offre culinaire. Rappelons que les patrons des World’s 50 Best awards ne s’y sont pas trompés en choisissant sa voisine, Bilbao, capitale du pays basque espagnol, pour organiser la prochaine cérémonie de son palmarès des 50 meilleurs restaurants du monde en 2018. Si ses restaurants gastronomiques font l’unanimité, Saint-Sébastien se détache de ses concurrentes pour sa capacité à proposer une offre culinaire financièrement accessible pour les voyageurs.

Un argument crucial pour imposer une ville comme destination du bien-manger. Sur ce point, Paris a du pain du la planche. La capitale française n’obtient que la sixième position de ce classement, même si la qualité de ses tables gastronomiques est reconnue. Cependant, l’Hexagone bénéficie d’autres porte-paroles culinaires, avec Nice, Bordeaux, Lyon et Lille.

Ville la plus étoilée au monde, Tokyo s’offre une place de dauphine, en raison notamment du nombre insuffisant de fast foods et du manque de tables végétariennes ou véganes. New York complète le trio gagnant.

Olivier

23 novembre 2017

No comments

Comments are closed.